Now Reading
Review : girl in red – if I could make it go quiet

Review : girl in red – if I could make it go quiet

Nicolas Judet

It’s time, ce vendredi 30 avril l’icône de la bedroom pop, sort son premier album if I could make it go quiet. 

En 2016, Marie Ulven Ringheim devient un phénomène avec sa chanson I wanna be your girlfriend classée par le prestigieux New York Times dans le top 10 des meilleurs titres sorti en 2018, l’année où elle deviendra virale. 

girl in red, tient son pseudo d’un crush sur une fille qui « portait une robe rouge ». Simple et efficace, pour celle qui compose et produit tout du début à la fin depuis sa chambre d’ado. Ses chansons réunissent des millions de vues et streams à travers le monde. Des thèmes récurrents sont traités comme le sentiment amoureux (we fell in love in october, watch you sleep, bad idea) mais aussi la santé mentale (summer depression, i need to be alone). girls sorti en 2018, magnifique hymne à l’amour pour tous, lui vaudra d’être reconnue comme une « icône queer ». 

Pour cette nouvelle année, girl in red saute le pas est publie if i could make it go quiet, premier album de 11 titres qui permettent de suivre les nouvelles aventures de la jeune artiste de 22 ans. L’opus regroupe des morceaux plus produits, plus pop. Mais pas de panique, la « patte » girl in red reste ! Elle tente des nouvelles choses, ce qui n’est pas pour nous déplaire. 

La santé mentale omniprésente

Une évocation de la santé mentale de la chanteuse ubiquiste depuis le début de sa carrière et accentuée par la pandémie, comme beaucoup.

« I’m running low on serotonin », les mots qui ouvrent l’album. La sérotonine qui joue sur notre comportement, notre humeur, et dont la chanteuse norvégienne est en manque. On descelle presque une peur de ne jamais être heureuse…

 

Dans Body And Mind, la jeune artiste relativise sur son mode de vie ; nous sommes juste des humains qui avons tous des vies différentes. Toutefois, elle continue de s’impliquer et de réfléchir à cette anxiété dans le très pop Apartment 402. Allongée sur le sol de son appartement, elle se demande ce qui se passera après la mort, dans le réel comme dans l’irréel. 

girl in red se confronte à tous les sentiments que les jeunes adultes connaissent. Des émotions fortes, souvent sombres, mais que chacun tente de gérer à sa manière. Une remise en question sur son anxiété, sa douleur qu’elle tente de laisser dans la Rue. Chanson très personnelle, où girl in red revient en 2019, lorsque certes sa carrière décollait, mais sa santé mentale était au plus bas. Elle tente de se débarrasser de ses peurs, ses angoisses et d’aller vers l’avant : « I tried / To get it off my mind / To leave it all behind ».

Des amours tumultueux

girls et we fall in love in october, deux élégantes et somptueuses ballades amoureuses qui ont propulsé la norvégienne sur le devant de la scène. L’amour sur ce projet y est traité de manière plus brutale et négative. 

« Don’t tell me to relax or try to get me back / I’m packing up your bags » déclare girl in red sur le pop-rock Did You Come ?, breakup song de base. Avec You Stupid Bitch, l’artiste déclare sans mâcher ses mots qu’elle est LA personne que sa crush doit aimer : « You stupid bitch, can’t you see / The perfect one for you is me ». 

 

Elle chante également son manque de désir sexuel lorsqu’elle est en tournée dans le mélancolique hornylovesickmess mais exprime également sa peur de se lancer dans une nouvelle aventure amoureuse de peur d’exprimer ses sentiments. Une relation qu’elle va tenter dans la track suivante I’ll Call You Mine, où girl in red s’apaise et laisse de nouveau entrer quelqu’un dans son intimé. Mais pourquoi combien de temps ? 

Une production plus dense

Tous les titres de l’album ont été produits par Matias Tellez, excepté Serotonin. On retrouve aux crédits, Finneas, le producteur le plus convoité du moment. En faisant appel au grand frère de Billie Eilish, girl in red se lâche complètement et elle nous propose du rap sur les couplets du morceau ! 

Jusqu’à présent c’est avec sa guitare que girl in red commençait à composer, toutefois, comme on le remarque sur midnight love, le piano prend une place de plus en plus importante. 

Des productions toujours très catchy et accrocheuses (I’ll Call You Mine, Body And Mine), proposant une pop glamour et mainstream (You Stupid Bitch, Appartement 402)

it would feel like this, ultime titre du projet est 100% instrumental. Décrit comme une « zone d’atterrissage », après avoir vidé ses émotions, girl in red se calme et devient plus sereine. Une déclaration d’amour aux bandes-originales de films et séries qu’elle apprécie tant. 

En bref

« If if could make it go c’est tout simplement moi qui essaie de comprend ce qu’il est train de se passer » affirme girl in red sur cet album. Un opus qui vous permettra de vous échapper et de faire le vide en cette période si anxiogène. Des productions prenantes et des paroles touchantes, qui fond d’elle une artiste déjà culte. 

Avec ce premier long projet, girl in red s’installe comme la nouvelle icône indie rock. Pour preuve, les places de son concert à La Cigale de Paris le 7 mai 2022 se sont arrachées en quelques minutes !


Tracklist

1. Serotinin

2. Did You Come ?

3. Body And Mind

4. hornylovesickmess

5. midnight love

6. You Stupid Bitch 

7. Rue

8. Apartment 402

9. .

10. I’ll Call You Mine

11. it would feels like this

Notre sélection : Body And Mind, I’ll Call You Mine, it would feel like this

NOTE : 15/20

 

A retrouver sur Deezer et Spotify.
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2021 La Distillerie Musicale. ALL RIGHTS RESERVED.