Now Reading
Review : Victor Solf – Still. There’s Hope

Review : Victor Solf – Still. There’s Hope

Jeanne Boivin

Aujourd’hui, on retrouve Victor Solf, sa voix enchanteresse et sa bonne humeur dans un premier album solo exquis, Still. There’s Hope. Un opus d’une douceur absolue et d’une singularité propre à l’artiste.

Des accords plaqués et une sonorité qui donnent la sensation d’un retour dans les années 1930, c’est ainsi que Victor Solf a décidé d’introduire son album, avec la chanson I Don’t Fit. Un titre qui parle de l’affirmation de soi et de l’acceptation de ne pas rentrer dans les cases, mis en images par Liswaya à travers un sublime visuel qui inaugurait une série de quatre clips qui symbolisent les grands thèmes de son album.

Un album personnel

L’artiste nous livre un album intime, qui parle d’amour, de bonheur, de confiance en soi mais également de deuil. Une chanson, Fight For Love, retient tout particulièrement notre attention puisque Victor Solf se confie sur sa façon de gérer la perte de son meilleur ami et binôme Simon Carpentier avec qui il formait le brillant groupe Her. Il confie : « La maladie d’un proche renvoie à la fragilité de sa propre vie. Je termine cette chanson en disant que je continuerai de me battre pour être heureux et chercher le bonheur et l’amour ». Une chanson soulignée par un orgue dans un premier temps, puis des synthés et boîtes à rythme qui nous apparaissent comme parfaitement choisis pour appuyer ce côté poignant, presque solennel. Puis vient le piano, pour les couplets, qui souligne la tristesse et la difficulté face à la perte d’un être proche.

Tears won’t bring you back / Fear will not bring you back / Music will not bring you back / But I fight for love / I fight for happiness.

Sur Comet, une chanson solaire et nostalgique, on entend des notes de piano très jazzy, rythmées, accompagnées d’une guitare folk très plaisante à l’oreille. Les quelques percussions et clappements de mains donnent à cette chanson tout le bonheur qu’elle mérite. Petite mention spéciale aux rires de son fils à la fin de la chanson qui nous rappellent que l’artiste est également un jeune papa, fier.

Nous contant sa vie avec une honnêteté précieuse, il nous livre des compositions mettant souvent le piano au premier plan tout en y apportant un brin de soul et d’électro qui nous fait succomber à chaque instant. Mais on peut également le retrouver accompagné d’autres instruments comme dans Drop The Ego où les quelques notes de violons viennent démarquer le titre du reste de l’album. « Drop The Ego », une phrase que beaucoup d’artistes peinent à oublier. Et pourtant, Victor Solf est un artiste qui a les pieds sur Terre, qui ne se rend pas forcément compte de l’immensité de son talent.

 

Un coup de soleil

Si l’artiste s’est enfermé en Bretagne pendant le premier confinement, sans connexion internet, pour se mettre au piano tous les jours, écrire et composer cet album, alors beaucoup d’autres artistes vont réfléchir à faire de même. En effet, l’album est une réussite puisqu’il mêle le côté solaire de Victor Solf, sa créativité qui nous apparait sans limite mais également son vécu, apportant cette mélancolie qu’on apprécie tant. Bien qu’il nous ait livré en interview que son processus de création était « chaotique », le résultat final est très satisfaisant. Mention spéciale au titre Call Your Grandma dans lequel on retrouve un rythme solaire et dansant, sans parler de la voix de Victor Solf, enivrante…

Une collaboration avec un artiste-peintre

Au-delà de l’album, Victor Solf s’est renouvelé vestimentairement ! Bien que le travail n’était pas essentiel, l’artiste a décidé de peindre la totalité de ses vêtements avec des phrases, des personnages, le tout dessiné par Julien Bernard, artiste-peintre depuis près de 4 ans. Après de nombreuses discussions, les phrases clefs et les évènements importants de la vie de Victor Solf sont représentés sur ses vêtements : la mort de son ami, la naissance de son enfant…

Une fois de plus, Victor Solf montre son originalité et son authenticité. En dehors de l’aspect musical qu’il nous présente à travers ces douze compositions, Victor élargit en effet son univers artistique à travers une identité visuelle forte, à l’image de son artwork réalisé par Joaquim Bayle inspiré à la fois de Banksy, d’un cliché du collectif français Kourtrajmé mais également de la « jeune fille à la fleur » de Marc Riboud.

 

En bref

Pour un premier album en solo, Victor Solf avait une pression monstrueuse : Her a été écouté en boucle par beaucoup, et la barre était placée haute, très haute. Bien que rassurés par ses récentes sorties – son sublime premier EP Aftermath en janvier 2020 suivi d’une mixtape surprise – avec Still. There’s Hope., l’artiste nous livre un opus somptueux, très personnel, avec des titres tous plus addictifs les uns que les autres portés par une forte influence anglo-saxonne qui saura vous charmer.

Victor Solf sera en concert le 6 octobre prochain à La Cigale. Vous pouvez être certains de nous y croiser !


Tracklist

1. I Don’t Fit

2. How Did We

3. Fight For Love

4. Happiness

5. Comet

6. Traffic Lights

7. Call Your Grandma

8. Drop The Ego

9. Someone Else

10. Utopia

11. New Normal

12. Trouble Behind

Notre sélection :  Drop The Ego, I Don’t Fit, Call Your Grandma,
Fight For Love, Someone Else.

NOTE : 19/20

 

A retrouver sur Deezer et Spotify.
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2021 La Distillerie Musicale. ALL RIGHTS RESERVED.