Review : Yuksek – Nosso Ritmo

Le DJ, producteur et compositeur aux multiples facettes revient avec un 4e album plein de vitalité et de surprises.

Trois ans après Nous horizon (2017), Yuksek revient avec un projet haut en couleur. Signé sur son propre label Partyfine, le français prend ses libertés et propose un album travaillé et subtil à travers la diversité des styles musicaux auxquels il s’attaque.

Un album tout aussi club qu’accessible

Retour aux sources de la musique électro dansante pour le producteur français qui présente un album profondément house et disco. A travers les influences bossa et samba festive, Nosso Ritmo est à lui seul un carnaval de Rio sauce French Touch 2.0 aux allures psychédéliques.

En s’éloignant de l’électro-pop, Yuksek dévoile un album hybride et très « club », sans pour autant être inaccessible. Et pour cause, sa finesse musicale en font sans équivoque un album très dansant à écouter sans peine et à apprécier sans être un expert en Nu Disco [New-Disco].

Une des lignes directrices du projet est sans doute l’importance des percussions samba tout au long des morceaux. Elles soutiennent un rythme vif et renforce le côté festif. Nosso Ritmo se caractérise également par une certaine volonté de sortir des sentiers battus, avec quelques tracks déstructurées. The Roller Coaster (un edit, i-e retravaillé pour l’album) en est l’exemple avec des sonorités qui explosent de toutes parts et des changements de tonalité intempestifs.

On retrouve également des morceaux mystiques et spirituels qui retranscrivent la tension et l’extase d’un club au cœur de la nuit comme Hashram Peplum ou Universal Love. A l’inverse, d’autres morceaux plus légers comme Do Beijo certifient une disco colorée et punchy.

Tout cela réuni, atteste d’un album habile et généreux.

Des featuring authentiques

L’album comporte 15 morceaux dont 12 en collaboration avec d’autres artistes. Le featuring est donc au cœur du projet. Yuksek arrive à collaborer avec divers chanteurs, DJ, musiciens, sans dénaturer leur empreinte artistique. Ainsi, on reconnait automatiquement la signature de Breakbot & Irfane sur The Only Reason, ou celle du groove lancinant d’Isaac Delusion dans Into the Light.

Yuksek certifie l’influence brésilienne de cet album en travaillant également aux côtés du duo de São Paulo, Fatnotronic. On retrouve cette volonté dans le remix de Mais Kriola, morceau datant de 1975 composé par le talentueux musicien brésilien Hélio Matheus.

Par la diversité des artistes avec lesquels il a travaillé, Yuksek s’amuse et voyage à travers les genres musicaux. Sa collaboration avec Queen Rose laisse la place à des sonorités afro-américaines, et prouve que même en 2020 le disco n’a pas perdu une ride.

EN BREF

Nosso Ritmo est un disque à écouter en boucle pendant sa quarantaine pour retrouver sourire et énergie, et sur lequel on a hâte de danser cet été.


Tracklist

1. Do Beijo ft. Processman & Henriq Ch

2. Gorgeous ft. Confidence Man

3. Into the light ft. Isaac Delusion

4. The Rollercoaster – Edit

5. Universal Love 

6. Bateu – Edit ft. Fatnotronic

7. Mais Kriola – Yuksek Remix of Helio Matheus

8. This Feeling ft. Queen Rose

9. The Only Reason ft. Breakbot & Irfane

10. Cadenza ft. Polo & Pan

11. Hashram Peplum ft. Zombie Zombie

12. Corcovado ft. Fatnotronic

13. G.F.Y ft. Queen Rose

14. Burning ft. Juveniles

15. J’aime les synthés

Notre sélection : Cadenza, Do Beijo, J’aime les synthés, Mais Kriola, This Feeling, Hashram Peplum

NOTE :  16/20

Une réponse sur “Review : Yuksek – Nosso Ritmo”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *