Now Reading
Review : La Femme – Paradigmes

Review : La Femme – Paradigmes

Yohann Sandoz

Après des mois de teasing et pas moins de six singles, La Femme revient au sommet de son art avec Paradigmes. De nouvelles sonorités hybrides, à la poursuite des illusions qui nous entourent. Un album déjà culte.

« Les paradigmes s’effacent, les masques tombent, désormais rien ne sera jamais plus comme avant ». La préface annonce la couleur : Paradigmes ne nous laissera pas indemnes. Le troisième album de La Femme est un tourbillon qui nous plonge dans les méandres de nos vies et interroge notre perception de la vérité.

Nous croyons à des vérités qui n’en sont peut-être pas, nous sommes soumis à des idées, des courants de pensées qui nous façonnent, et tout ça, ce sont les paradigmes.

Parcourant les époques, des années 30 aux années 2020, Paradigmes nous fait voir du paysage, de la Nouvelle Orléans à l’Andalousie. Le long de la route défilent les émotions, souvenirs mélancoliques (Pasadena, Mon Ami), envie d’ailleurs (Cool Colorado, Nouvelle-Orléans), ou lâcher-prise (Foutre le bordel, Disconnexion). La Femme nous offre sur quinze titres le meilleur de sa musique unique, intemporelle et pourtant si actuelle.

Hybride et mouvant

Pour ce troisième album, le duo Sacha Got et Marlon Magnée signe toutes les compositions et s’entoure d’une multitude de nouvelles chanteuses, notamment Lisa Hartmann et Ariane Gaudeaux. La structure mouvante du groupe est à l’image de leur musique hybride, toujours en évolution et nourrie par de nombreux univers. Difficile de caractériser la musique de La Femme, qui se construit peu à peu son propre genre. Ainsi, Paradigmes fait appel à des cuivres des années folles (Paradigme, Nouvelle-Orléans), en conservant des sonorités surf (Tu t’en lasses, Cool Colorado), et électroniques (Divine Créature, Lâcher de chevaux). Les textes en français, anglais et espagnol font valoir l’universalité de leur musique et rappellent les voyages dont s’inspire le groupe. La Femme a en effet beaucoup tourné à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Mexique.

 

Exploration et quête de vérité

Sur les quinze titres de Paradigmes, six nous avaient déjà été dévoilés depuis septembre avec la sortie du premier single Paradigme. Le premier inédit, Nouvelle-Orléans, est déjà une pépite : un pur produit de La Femme que l’on peut voir comme une adaptation du standard House of the Rising Sun. Pasadena nous ramène aux années collège et aux premières histoires de cœur, non sans une certaine amertume. Lâcher de chevaux est un titre électronique qui nous amène au galop au grisant Disconnexion. Le segment électro de l’album se poursuit avec le frénétique Foreigner, le quelque peu étrange Force & respect, jusqu’à Divine Créature, fièvre électro sensuelle qui nous fait danser au milieu des succubes. On retrouve la nostalgie avec Mon Ami, bel hommage à un ami disparu, avant de terminer en beauté sur les envolées orientales de Va, puis le superbe Tu t’en lasses et son solo de clarinette en outro. La classe.

Comme sur les albums précédents, Paradigmes offre une large palette de styles, tout en restant cohérent. Un album généreux avec quinze titres de qualité et où chaque morceau a sa place.

 

En bref

Paradigmes est un album complet, visionnaire. Chaque titre est une exploration de nouvelles sonorités, d’une nouvelle esthétique. On en ressort comme on sort d’un trip ou d’un rêve étrange. Est-ce que tout cela était bien réel, ou était-ce un autre paradigme, une illusion de vérité ? La Femme nous impressionne à nouveau par son exigence et la qualité de ses productions. Les pionniers de la scène française continuent de montrer la voie et d’atteindre des sommets inexplorés.


Tracklist

1. Paradigme

2. Le sang de mon prochain

3. Cool Colorado

4. Foutre le bordel

5. Nouvelle-Orléans

6. Pasadena

7. Lâcher de chevaux

8. Disconnexion

9. Foreigner

10. Force & respect

11. Divine Créature

12. Mon ami

13. Le Jardin

14. Va

15. Tu t’en lasses

Notre sélection : Tu t’en lasses, Nouvelle-Orléans, Va

NOTE : 19/20

© 2021 La Distillerie Musicale. ALL RIGHTS RESERVED.