Review : Bingo Club – Separated

Le Bingo Club dévoile aujourd’hui son premier EP Separated : un voyage initiatique et captivant dont on ne ressort pas inchangé.

2020 a été une année compliquée, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais si on regarde le verre à moitié plein, elle nous aura au moins poussés à écouter, à creuser, à prendre le temps, à découvrir, à expérimenter. À défaut de sillonner les routes à la rencontre du public, les artistes n’ont eu d’autre choix que de se réinventer. De faire voyager les gens, différemment. Difficile pour un groupe émergent de trouver sa place. Difficile pour les artistes tout court. Pourtant, Bingo Club choisit 2020 pour délivrer un premier EP magistral. Un premier EP qui vous emmènera où vous le souhaitez, si vous le souhaitez. Pas de pression dans le Bingo Club.

Projet né à Brooklyn avec un premier maxi sorti chez Whale Watch Records, le Bingo Club s’implante aujourd’hui à Paris chez Fuzo Music. Il se compose de Martin, sa voix indescriptible, des personnages imaginaires et des amis bien réels. Le Bingo Club est un de ces groupes où l’on peut être de passage, où l’on peut être soi ou même quelqu’un d’autre.

“The Original Bingo Club demands no rules for entry. The drift is clean and friendly here. Everyone knows your name. There is a lot to consider, but not a lot to hold. The hours are endless and the dress code remains unspoken.”

 

Mixé par Al Carlson (Weyes Blood, St. Vincent), Separated se déploie en 5 tracks atmosphériques. Le Bingo Club est partout et nous embarque avec lui armé d’une caméra Super 8. Il nous parle un peu français, beaucoup anglais, parfois espagnol. Chaque clip est une escapade. Chaque titre est un grand moment.

C’est Dance Me qui ouvre le bal. Synthés enveloppants un peu psyché, voix profonde et tournoi de patins à roulettes en Californie, toutes les conditions sont réunies pour commencer à tourbillonner. Tout au long de ce premier EP, le Club développe son univers cotonneux et mélancolique. Shallow est une ballade lancinante, une quête du bonheur obsessionnelle qui met les questions existentielles de côté.

Le Bingo Club ne vous oublie jamais. Avec le déchirant Now It’s Never, Martin dit adieu à un être cher et l’immortalise de la plus belle des façons. On a à peine le temps de reprendre nos esprits que Call Center a commencé. Complètement décalé, un duo de voix nous susurre des punchlines surréalistes sur fond de synthés rétro.

Separated fait l’effet d’un gros trip dont on ressort apaisé. Bingo Club fait un sans faute en 5 titres avec un projet hors des sentiers battus. Un premier EP consistant et hypnotique. Longue vie au Bingo Club.

Bingo Club est à l’affiche du Festival Ici Demain qui aura lieu en ligne ce dimanche 22 novembre. Pour écouter Separated, c’est par ici


Tracklist

1. Dance Me

2. Separated

3. Shallow

4. Now It’s Never

5. Call Center

Notre sélection : ShallowDance Me, Separated

NOTE : 19/20

Une réponse sur “Review : Bingo Club – Separated”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *