Interview : FARR

Quelques heures avant la parution de leur premier opus, nous avons discuté avec le binôme FARR !

Découverts avec leur puissant Heal Me, Roméo et Linden débarquent avec Weightless, un premier album à écouter de toute urgence !

Bonjour les gars ! Avant de parler de votre carrière, nous souhaiterions savoir à quel moment de votre vie vous avez décidé de devenir musiciens.

Roméo : J’ai commencé à jouer du violon à l’âge de 7 ans mais je pense que mon envie de vivre de la musique est apparue un peu plus tard. Je détestais jouer du violon donc, par rebellion, je me suis mis à la guitare. C’était le déclic ! J’ai passé des heures entières enfermé dans ma chambre de mes 10 à 16 ans, ne faisant rien d’autre que composer de la musique.

Comment décririez-vous votre univers musical à quelqu’un qui ne vous connait pas ?

C’est un peu de tout… Mais nous nous glissons quelque part dans du R&B alternatif.

Vous allez sortir votre premier album demain. A quel point êtes-vous excités ?

Nous sommes extrêmement impatients ! Nous avons mis beaucoup de temps pour réaliser ce disque ; c’est la première fois que nous allons sortir un vrai album donc c’est assez intimidant pour tout vous dire. On a passé tellement de temps enfermés à composer, à écouter nos productions qu’entre nous que la perspective de proposer notre travail aux yeux de tous, d’écouter l’opinion des autres nous excite beaucoup !

Roméo tu vis à Los Angeles, Linden à Londres. Comment avez-vous procédé pour composer cet opus ?

Roméo : Et bien… Nous procédons de la sorte depuis un bon bout de temps et nous avons l’habitude de nous retrouver pour mettre les choses à plat. Le plus compliqué a été la mise en place de notre processus de travail après s’être rencontrés une seule fois à Londres. Par chance, je venais de débuter les essais d’enregistrements de ma voix donc j’ai pu tester ce que ça donnait lorsque Linden m’a envoyé le beat de Blades. Depuis cela, on compose depuis Skype, FaceTime, WhatsApp même et quand on peut, on se voit en personne ! Peu importe les moyens, nous faisons tout notre possible pour composer. Pour ce qui est de nos prochains projets, nous essayons de trouver des nouvelles manières de procéder, notamment dans le climat actuel…

En quoi vos deux différentes cultures impactent votre musique ? 

Nous sommes à 110% influencés par nos deux cultures ! Je pense que, dans sa musique, Linden a une tonalité très spécifique à l’environnement dans lequel il a grandit, le côté soul et jazz qu’on connait du Royaume-Uni. Pour ma part, je pense que d’avoir grandit à Los Angeles m’a ouvert sur un bon nombre de cultures et de façons de vivre, bien différentes les unes des autres. Il est évident que la côte ouest possède une grande influence hip-hop mais c’est également une plaque tournante de la musique pop. Mes mélodies vivent quelque part au milieu de ces deux mondes.

Si nous devions présenter qu’une de vos compositions à nos lecteurs afin qu’ils ressentent l’essence propre à votre binôme, laquelle serait-elle ?

Wow, c’est une excellente question ! Si nous avions répondu à cette question il y a quelques temps nous aurions dit Blades mais avec la composition de Weightless nous avons énormément évolués aussi bien en tant que musiciens que dans notre vie personnelle. Par conséquent, je dirais davantage Wildflowers ou bien Freedom.

Vous avez récemment fait une tournée internationale avec Kelis. Quel a été votre meilleur souvenir ?

Copenhague sans hésiter ! Je pense que c’est durant ce concert qu’on s’est réellement sentis comme un véritable groupe, ce qui est assez drôle étant donné qu’on a récemment fait le choix de n’être plus que les deux sur scène. Pendant le show, on a vraiment compris que les chansons qu’on jouait n’étaient pas simplement des chansons qu’on avaient apprises mais réellement nos propres compositions, notre travail ! De plus, le public était incroyable et nous sommes tous les deux sortis de la scène en se regardant en mode « putain, on a vraiment fait ça ? ».

Quelle chanson auriez-vous adoré composer ?

Roméo : Brown Sugar de D’Angelo ou Hard Place de H.E.R.

Avec quel artiste rêveriez-vous de collaborer ? 

H.E.R. ! Je pense qu’elle est une des meilleures compositrices encore vivantes. Il y a quelque d’indescriptible, une simplicité dans chaque composition qui frôle la perfection. J’adorerais traîner et apprendre avec elle !

Un dernier mot ?

Lavez-vous les mains et restez à la maison !

2 réponses sur “Interview : FARR”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *