Review : Blossoms – Foolish Loving Spaces

Toujours plus intrépides dans une progression de plus en plus pop de leurs albums, les cinq britanniques de Blossoms reviennent après deux ans avec Foolish Loving Spaces.

Magnifiquement annoncé avec trois singles, le troisième opus de Blossoms a pris un virage résolument plus disco dont on avait déjà pu observer les prémices avec Cool Like You. L’ouverture sur If You Think This Is Real Life est grandiose et ouvre brillamment la voie à ce qui suit. Avec une mélodie qui ne quittera pas les esprits de si tôt, le premier titre se présente comme une rude concurrence à Charlemagne (Blossoms, 2016). Your Girlfriend et The Keeper suivent ses traces pour former un triptyque des plus efficace. Une belle entrée en matière donc pour un opus qui n’en a pas fini de nous épater.

du renouveau pour Blossoms

Foolish Loving Spaces est visiblement né d’un investissement dans des synthés, nouvel outil maîtrisé à merveille par les cinq de Stockport. C’est donc bien équipé que Blossoms redébarque pour nous offre des titres ultra groovy à écouter encore et encore. Le quintet, d’abord petit groupe d’indie comme il y en a plein d’autres, a apparemment trouvé ce à quoi il était vraiment bon.

Charlie Salt enflamme ses lignes de basses et en bonne compagnie de Joe Donovan et de sa batterie. A eux deux, ils arrivent déjà à créer une bonne base qui ferait danser quiconque les entend. Alors imaginez quand on rajoute une guitare qui rappelle leurs premiers titres, des claviers bien rétro et la voix et les textes de Tom Odgen. Blossoms semble plus confiant que jamais, parvient à imposer ce qu’il veut vraiment faire et ça donne des titres comme Your Girlfriend ou Oh No (I Think I’m In Love).

En plus de titres entraînants à souhaits, le groupe nous propose Romance Eh? et Vacant Days, deux ballades avec piano et guitare acoustique à l’appui, pour faire redescendre un peu l’excitation et doucement nous amener vers la fin. Une fin des plus gracieuse qui plus est puisqu’on clôture cet album sur Like Gravity, plus électro et aérien sans pour autant dénoter du reste.

des SONORITÉS bien PRÉSERVÉES

Blossoms n’a tout de même pas radicalement changé et a su garder son essence, son charme. On retrouve dans The Keeper et dans Falling For Someone les guitares plus saturées des deux premiers albums. De quoi satisfaire les anciens et attirer des nouvelles oreilles.

En cadeau bonus, Blossoms nous propose aussi une version acoustique de l’intégralité de l’album. On aurait pu croire que sur un opus aussi marqué par les claviers et les lignes de basses perdrait de son charme en retirant ce qui le rend aussi significatif. On se retrouve pourtant face à des titres comme Oh No (I Think I’m In Love) et My Swimming Brain qui fonctionnent à merveille à la fois dans leur version d’origine qu’en acoustique. Et c’est sans parler de Like Gravity, probablement le titre dont on attendait le moins une version acoustique et qui pourtant est celui qui fonctionne le mieux.

En bref

Foolish Loving Spaces est une jolie surprise de la part de Blossoms qui nous montre bien que le groupe est sur la bonne voie pour nous époustoufler encore et encore.


Tracklist

1. If You Think This Is Real Life

2. You Girlfriend

3. The Keeper

4. My Swimming Brain

5. Sunday Was A Friend Of Mine

6. Oh No (I Think I’m In Love)

7. Romance, Eh?

8. My Vacant Days

9. Falling For Someone

10. Like Gravity

Notre sélection :  If You Think This Is Real Life, The Keeper, Like Gravity

NOTE : 16/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *