Now Reading
Review : Bonobo – Fragments

Review : Bonobo – Fragments

Cinq ans après un grandiose Migration marqué notamment par l’inoubliable Kerala ainsi que ses collaborations avec Rhye et Nick Murphy aka Chet Faker, Simon Green revient au devant de la scène avec Fragments fraîchement sorti chez Ninja Tune. Au programme : douze pistes dont la moitié en feat avec d’autres grands noms de la scène musicale internationale.

Deux ans après la parution de Migration, Bonobo était revenu lancer les festivités estivales avec le délicieux Linked avant de livrer à l’hiver 2020 un maxi en compagnie de son pote Totally Enormous Extinc Dinosaurs, hommage aux bases de la musique électronique sorti sur son nouveau label OUTLIER. Le revoilà en ce début d’année avec Fragments, un septième album qui se faisait grandement attendre !

Simon a composé ce nouvel opus depuis Los Angeles, entre son studio et ses randonnées au coeur des vastes étendues sauvages que nous offre la Californie. Un background qui se fait ressentir à travers ce disque. En effet, l’ouverture de l’album se veut propice à l’évasion ; Polyghost, cette brève mais intense piste instrumentale aux douces sonorités orientales et à l’arrangement signé Miguel Atwood-Ferguson. Un lever de rideau tout en douceur, parfait pour se préparer à l’avalanche d’émotions qu’on s’apprête à recevoir. Le ton monte, doucement, avec l’envoûtant Shadows composé cette fois-ci aux côtés de Jordan Rakel. Et c’est le lead single Rosewood qui prend la relève en nous offrant toujours ce savant mélange de kicks et de nappes vaporeuses pour un résultat qui se veut ensorcelant. Après seulement dix minutes plongé dans ce disque, on perçoit l’intention du producteur de nous offrir une musique aussi bien taillée pour les dancefloors que pour s’évader depuis chez soi.

 

Laissons place à Otomo, pur bijou de 6 minutes dans lequel on retrouve des choeurs bulgares samplés pour se voir transformés en un élément essentiel au morceau ponctuant ainsi ce track orienté club par des notes plus éthérées. Sans doute une des pièces maîtresses de ce projet ! Mais sa piste suivante l’est également : d’une douceur sans nom qui nous enveloppe dans un cocon des plus soyeux, Tides, en featuring avec Jamila Woods, nous procure cette sensation d’être bercé, balancé vague après vague par la voix suave de la poétesse de Chicago qui se pose sur l’électro planante de Bonobo. Du génie à l’état pur ! Un tsunami d’émotions nous envahit et se déverse également sur Elysian et ses cordes des plus envoûtantes. Une nouvelle preuve que la sobriété des harmonies peut rendre une pièce magistrale.

 

Changement d’ambiance avec Closer qui redonne un souffle club tout en gardant cette atmosphère vaporeuse et contemplative de Bonobo. La nouvelle claque de l’album se dévoile et prend la forme d’un hymne à l’évasion et au renouveau. En effet, Age of Phase nous fait entrer dans une transe en un rien de temps, se développant à coup de couches synthétiques et de kicks ravageurs durant près de six minutes. On aura presque du mal à se laisser porter par From You qui nous fera redescendre abruptement de notre nuage… De nouveau les pieds sur terre, on parvient finalement à se laisser charmer par cette piste qui nous donnera l’impression de voguer sur une mer douce et reposante avec en fond la voix enchanteresse et suave de Joji.

Inch by inch, day by day, we’ll make this a better place.

Le tiercé final (déjà !) s’ouvre avec Counterpart qui prend du galon à chaque seconde, passant d’un track onirique à un banger électrisant. On l’aurait parfaitement imaginé en conclusion de ce septième projet, tel un feu d’artifices qui s’achève sur un bouquet final grandiose ! A défaut de cela, on découvre avec joie Sapien et son breakbeat surprenant suivi par la collaboration qu’on attendait tant, celle avec l’interprète de Delphine, Kadhja Bonet. Un dernier fragment qui nous replongerait presque dans l’univers de ses premiers albums.

 

En bref

Cinq ans d’attente entre deux albums ça peut sembler long mais à l’écoute de ce disque, on comprend que Simon Green a pris le temps de peaufiner ce dernier pour y laisser transparaître ses états d’âme, son ressenti sur ses dernières années balancé d’abord entre tournées internationales – dont un passage plus que remarqué au We Love Green en 2019 – pour finir sur une longue période d’accalmie liée notamment aux récents confinements.

Là où certains lui reprocheront de ne pas prendre assez de risque, on saluera son désir de rester dans la ligne directrice de ses précédents projets tout en ayant ouvert son univers à six merveilleux artistes qui sont venus apporter leur touche de fraîcheur sur ces productions aériennes. En résulte un disque aussi contemplatif qu’engagé, ancré dans l’actualité et porteur d’espoir !

Depuis de nombreuses années, Bonobo a pris cette habitude de nous livrer ses albums en plein milieu de l’hiver, loin de l’agitation estivale, lorsque notre moral est en baisse, emmitouflés dans nos plaids. Ce choix est si judicieux car sa musique a quelque chose de méditatif qui nous saisit et nous redonne le sourire. Laissant place aux émotions et à leur interprétation par tout un chacun, Fragments apparaît comme le remède miracle de ce début d’année, celui qui nous laisse apercevoir un avenir plus radieux (on l’espère).


Tracklist

1. Polyghost (feat. Miguel Atwood-Ferguson) 

2. Shadows (feat. Jordan Rakei) 

3. Rosewood 

4. Otomo (feat. O’Flynn) 

5. Tides (feat. Jamila Woods)

6. Elysian

7. Closer 

8. Age of Phase 

9. From You (feat. Joji)

10. Counterpart 

11. Sapien

12. Day by Day (feat. Kadhja Bonet)

Notre sélection : Tides, Age of Phase, Otomo

NOTE : 18,5/20

 

A retrouver sur Deezer et Spotify
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2021 La Distillerie Musicale. ALL RIGHTS RESERVED.