Review : Becca Mancari – The Greatest Part

Trois ans après son premier album Good Woman, l’américaine Becca Mancari nous revient avec un petit coup de neuf pour son nouvel album The Greatest Part signé chez Captured Tracks.

Lumière lumière

Avec Good Woman, en bonne nouvelle habitante de Nashville, Becca Mancari nous avait délivré un album typiquement américain qui sent bon la folk accompagné de petites pointes de country. Aujourd’hui elle fait son retour avec un album pour lequel elle a plus donné d’elle-même.

The Greatest Part est un album beaucoup plus intime que le précédent. Becca Mancari est allée piocher dans tout ce qui la constitue, allant des sonorités du rock indé qu’elle écoute jusqu’à son histoire personnelles. Pour cet album, l’américaine a troqué ses guitares folks pour d’autres beaucoup plus aériennes accompagnées de synthés tout aussi éthérés. The Greatest Part  sonne donc comme un album de Dream Pop très solaire et plein de fraîcheur.  On retrouve bien toute cette luminosité dans Bad Feeling, titre d’une grande simplicité, jamais trop chargé, mais tout plein de charme.

Ce côté solaire, on le retrouve aussi dans des titres aux percussions plus pêchues et à l’énergie pop revigorante comme Like This et sa guitare et sa basse presque funks, le rayonnant Pretend ou encore Lonely Boy. En bref, à la première écoute, The Greatest Part nous apparaît comme un album rafraîchissant et estival composé de courts titres pop d’une grande légèreté.

« This record was the hardest thing i’ve ever had to write. At The Same Time, it was also the most freeing.« 

Sous quelques petites allures de Belle & Sebastian et leur Twee Pop lumineuse, ce deuxième album de Becca Mancari mérite et nécessite une oreille attentive. L’américaine mêle à ses sons aériens et ces mélodies solaires des textes beaucoup moins naïfs. C’est dans cette bulle, cet univers complètement ouaté que la musicienne nous dévoile une part de son intimité. Becca Mancari utilise The Greatest Part pour décortiquer des souvenirs. Elle s’y met a nu, se laisse apparaître plus vulnérable avec des titres des plus authentiques et intimes comme First Time dans lequel elle raconte son coming-out et la réaction de son entourage religieux et strict. Sans jamais tomber dans le sur-dramatique, Becca Mancari fait ici une introspection de son passé comme un moyen de se libérer.

Cet album se termine d’ailleurs magnifiquement avec les deux titres Knew et Forgiveness. Ils sont probablement les titres aux sonorités les plus mélancoliques, ils sont ceux qui amène au final le plus de lumière. Un grand final acoustique tout en douceur pour cet album des plus intime.

En bref

Becca Mancari semble sur une très bonne voie pour se construire cette bulle musicale qui lui sera propre, aussi authentique et intime que captivante.


Tracklist

1. Hunter

2. First Time

3. Like This

4. Bad Feeling

5. Pretend

6. Stay True

7. Lonely Boy

8. Tear Us Apart

9. I’m Sorry

10. Stay With Me

11. Knew

12. Forgiveness

Notre sélection : Hunter, Like This, Knew

NOTE : 16/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *