Review : EDEN – Vertigo

Le prodigieux dublinois revient avec un premier album électro-pop innovant et captivant. Ecoute et critique.

Si il y a un artiste sur qui on aurait parié dès sa découverte il y a 4 ans c’est bien lui ! Tombés instantanément sous le charme de Gravity – qu’on avait placé à maintes reprises dans nos playlists – il nous a depuis livré de nombreux morceaux de qualité. En effet, à seulement 22 ans, EDEN a d’ores et déjà un beau parcours derrière lui. Avec deux brillants EPs, dont i think you think too much of me qui a eu le soutien de Lorde, la participation à plusieurs festivals de renom et encore pleins de projets en tête, Jonathan Ng – de son nom civil – a su conquérir un public quelque peu confidentiel mais bien fidèle ! Aujourd’hui, il présente son tout premier album avec pas moins de 13 pistes regroupées sous le nom mystérieux : Vertigo

Le disque s’ouvre sur une piste introductive brève, wrong, qui tease à la perfection les prochaines pistes, le tout a cappella et avec une pointe de distorsion comme on aime. S’en suit take care qui s’inscrit dans la continuité de ce dont on avait l’habitude d’entendre chez ce jeune artiste. Comme une introduction dans son univers, EDEN pose rapidement les bases avec des productions qui nous semblent familières et au potentiel immense ! Les choses sérieuses démarrent réellement avec start//end, un de nos morceaux favoris de sa discographie qu’on avait pu découvrir en lead single de ce nouveau projet. Il reflète entièrement les diverses raisons qui font que nous sommes en adoration devant ce brillante artiste ! Sobriété, expérimentations multiples, parfaite dose d’émotions et mélodies recherchées… Quel bonheur ! Et on retrouve également tout cela dans le tiercé suivant. Que ce soit dans wings au rythme fracturé, le sublissime icarus et ses sept minutes de pure extase ou encore lost//found, une ballade angélique pleine de mélancolie qui nous aura donné des frissons, EDEN délivre sur un plateau d’argent des instants de vie baignés de sincérité ! On ne cesse de vous le dire, l’autodidacte de 22 ans fait preuve d’une maturité stupéfiante et d’un génie à faire pâlir de jalousie un bon nombre d’artistes !

Le producteur dublinois est quelque peu énigmatique mais son talent est indéniable et incommensurable ! Capable de condenser des éléments musicaux complexes dans des singles uniques et percutants, EDEN présente crash, une piste onirique brute avec des synthés léchés et une voix féminine bouleversante ! Quelques instants plus tard apparaît l’incontournable Gold, petit mélange catchy entre couplets acoustiques et refrain accrocheur porté par une électro bien irisée. Comme un petit savant fou, il bidouille, fusionne les styles et nous propose des envolées lyriques de haute voltige avant de retomber sur des légers chuchotements intimistes. Et c’est pas forever//over qui nous fera dire le contraire ! Cette ballade démontre la certaine naïveté solaire du jeune auteur-compositeur-interprète sur une production un brin simpliste mais qui se suffit et qui nous rappelle ses débuts.

float et ses pointes stridentes qui soulignent avec finesse cette chanson qui parle d’un amour perdu qu’il tente en vain de faire revenir à ses côtés. Une thématique et des paroles qui nous renvoient immédiatement à drugs issue de son précédent EP… L’amour est certainement une des bases de cet album comme nous le démontre love//not wrong (brave) où il parvient à surmonter ses problèmes sentimentaux grâce au courage et à l’espoir d’un jour meilleur qu’il a développé suite à ses expériences personnelles. Le tout est divinement interprété sur une piste davantage rock avec un rythme qui nous a fortement plu ! Pour finir, la dernière piste nous surprend avec près de 2 minutes d’outro instrumentale qui nous invitent à revenir calmement sur Terre tout en analysant cette heure passée aux côtés d’EDEN… Un constat s’impose: parmi l’immense scène musicale actuelle où les chansons sont produites en masse suivant certains dictats EDEN s’impose comme un bon bol d’air frais et ça fait du bien !

Celui qu’on avait déniché lorsqu’il se cachait sous son premier pseudonyme The EDEN Project n’a jamais cessé d’attiser notre curiosité avec des pépites électro divines. Certes son style musical est quelque peu difficile d’accès mais quand on se penche plus profondément sur cet opus on comprend son intention : présenter son histoire personnelle avec une sincérité et un professionnalisme notables. A travers un savant mélange d’electronica mené par des synthés puissants, une instrumentale travaillée et des voix remplies d’émotions, on a presque eu l’impression de se plonger dans son esprit. Associant avec précision des petits bouts disparates à sa voix si douce, il compose des morceaux aériens qui nous font planer !

Pour résumer, EDEN nous propose un corpus majoritairement porté par ses instruments de prédilection – guitare, piano, violon – parsemé de reverbs bien propres à son univers et qui offrent un aspect unique voire chimérique à ses compositions. Ces dernières tournent autour des thématiques usuelles – rupture, addictions, déception ou encore la perte d’un être cher – avec des paroles qui reflètent brillamment ses états d’âme. Tout au long de l’écoute on s’aperçoit qu’il s’amuse à déformer les sons – parfois avec excès mais souvent avec subtilité – à superposer les nappes pour créer des éléments musicaux qui semblent venus d’une autre dimension. Et c’est cela qui rend son projet musical si intéressant !

Le reproche majeur qu’on pourrait lui faire est que ses compositions tendent à se ressembler – notamment lorsqu’on écoute l’album d’une traite et qu’elles finissent par être prévisibles en perdant légèrement de leur unicité et de leur force… Par ailleurs, il faut également avouer qu’EDEN avait parfaitement sélectionné ses singles promotionnels qui, sans surprise, sont les meilleurs morceaux du corpus… Toutefois, on lui pardonne facilement! Il est vrai qu’à cet âge il est assez compliqué de se défaire de ses habitudes et de proposer un projet éclectique tout en restant cohérent. Il est tout de même important de mettre en avant la qualité de ses productions qui frôlent la perfection ! En soit, on est tout de même admiratifs et prêts à parier que cet artiste aux multiples facettes et au potentiel immense nous réservera encore de belles surprises dans les années à venir !


Tracklist

1. wrong

2. take care

3. start // end

4. wings

5. icarus

6. lost // found

7. crash

8. gold

9. forever // over

10. float

11. wonder

12. love; not wrong (brave)

13. falling in reverse

Notre sélection : crash, lost // found, icarus, float, start//end

NOTE : 17,5/20 

2 réponses sur “Review : EDEN – Vertigo”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *