Review : Black Marble – Bigger Than Life

Octobre touche à sa fin. Il fait gris, il fait froid et c’est le genre d’atmosphère idéale pour écouter Black Marble et ses mélodies envoûtantes. Ça tombe bien, Bigger Than Life, le troisième opus de l’ex new-yorkais vient tout juste de paraître. Retour sur un album entre contemplation et optimisme.

Après son départ de New York, Chris Stewart (aka Black Marble) s’installe à Los Angeles. Si l’adaptation à sa nouvelle vie est d’abord difficile, les trajets en bus de son appartement à son studio d’enregistrement et la ville qui défile au travers de la vitre l’inspirent suffisamment pour commencer à façonner Bigger Than Life. Un cheminement, donc, allant de la morosité à la contemplation, de l’agitation à l’apaisement.

Bigger Than Life et ses 11 titres sont articulés par une certaine propreté : moins de basses bourdonnantes, plus de mélodies légères et un réveil de la voix, désormais plus claire et perceptible. Les synthés pop envoûtants, signature de Black Marble, sont toujours omniprésents mais semblent être manipulés avec plus de tendresse.

De la cold wave, certes, mais plus chaude, plus colorée que celle de ses deux opus précédents. Chris Stewart semble réduire peu à peu la distance avec ses auditeurs, rendant ses productions plus positives, presque vivantes (avec les synthés scintillants de Daily Driver, ou le rythme  rétro effréné de One Eye Open).

Hélas, si Bigger Than Life se veut plus grand que nature, ou du moins plus inspirant que ses prédécesseurs, il n’a pas le même impact. En épurant sa production, Black Marble semble perdre en profondeur. Là où A Different Arrangement (2012) et It’s Immaterial (2016) nous transportaient complètement de par leur aura sombre et mélancolique, ce dernier opus laisse un léger goût d’inachevé.

Cela dit, le charme opère toujours et Bigger Than Life semble traduire une véritable évolution positive du côté de l’artiste. Black Marble explore de nouvelles facettes de sa créativité, dépassant le schéma de l’artiste triste et isolé pour dévoiler une quête du plaisir, offrant davantage d’optimisme et de lumière. 

Black Marble sera de passage en France en 2020 : le 29 janvier au Petit Bain (Paris), le 30 janvier au Confort Moderne (Poitiers) et le 1er février à l’Aéronef (Lille).


Tracklist

1. Never Tell

2. One Eye Open

3. Daily Driver

4. Feels

5. The Usual

6. Grey Eyeliner

7. Bigger Than Life

8. Private Show

9. Shoulder

10. Hit Show

11. Call

Notre sélection : One Eye Open, ShoulderPrivate ShowFeels.

NOTE : 14/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *