Review : Mac DeMarco – Here Comes The Cowboy

Le 6ème et pour le moins particulier album du canadien est sorti ce 10 mai, c’est l’occasion pour La Distillerie de vous en faire sa review !

Mac ne nous avait pas menti avec les quelques morceaux utilisés pour faire la promotion de l’album avant sa sortie officielle : on a le droit à un OVNI. Si vous aimez l’univers de Mac Demarco et sa sonorité bien spéciale, vous ne serez (normalement) pas trop déçus. Pour autant, vous serez certainement interloqués sur sa composition et son rythme général. Bien que chaque album soit différent dans la carrière du chanteur/guitariste, on retrouve presque instinctivement ce son indé, un peu Lo-Fi et qui sent l’enregistrement au saut du lit, avec un café et une clope. Jusqu’ici on ne déroge pas à la règle.

Un particularité rythmique

Rentrons maintenant un peu plus profondément dans ce qui intrigue à travers ce disque. Même si l’écoute est facile, le rythme est lent, c’est un fait. Il est le premier à le dire en jouant l’album en live : « It’s a very slow record, and the sequencing makes sense perhaps if you’r listening it home alone in your bedroom, maybe not in the stage, my bad… » (c’est un disque très lent et la séquence paraît peut-être logique si vous l’écoutez seul dans votre lit, peut être pas sur scène, c’est ma faute…). La lenteur est donc de mise et en ce qui concerne l’ambiance générale, l’album prend une forme très hétérogène dans la sonorité. On passe facilement d’un son répétitif et pourtant absolument entrainant comme le titre éponyme Here Comes the Cowboy – dont le clip complètement barré est à retrouver ci-dessous – à un morceau groovy tout droit sorti des années 80/90 : Choo Choo, en passant par du mélancolique à souhait avec Nobody.

Un album solitaire

On pourrait donc penser qu’il y en a pour tout le monde et pourtant ce n’est pas si facile. Mac a cette fois-ci, en opposition avec ses autres albums, décidé de dégager un côté « solitaire », ou du moins c’est l’impression qui ressort de Here Comes The Cowboy. Alors qu’on pouvait facilement partager une discussion ou faire la fête sur certains morceaux de Salad Days ou 2, ici l’album est à écouter comme une introspection personnelle.

En ce qui concerne les chansons et leurs paroles, Mac choisit de beaucoup se concentrer sur l’amour, la vie à deux, et sur la vie dans un sens plus large, de quoi presque laisser penser à un album de rupture. Avec certains morceaux comme Heart to Heart ou All Of Our Yesterdays, on se remet en question, on réfléchit sur soi-même et sur l’autre. Pourtant, aucune des chansons ne comporte beaucoup de paroles et on mise beaucoup sur la musique (et le refrain) pour faire passer des émotions.

Des clips complètement barrés

En mettant la musique à part, l’endroit ou Mac reste Mac, c’est au niveau des illustrations de ses chansons. Alors qu’il avait en guise de promotion sorti les clips respectifs de Nobody et On The Square, il renouvelle à la sortie de l’album avec Here Comes the Cowboy. Le moins qu’on puisse dire c’est que la surprise est au rendez-vous : le clip présente un genre d’alien adulé à qui l’on donne un micro, et qui part voguer sur l’eau pour toujours…

L’album apparaît donc comme en marge de sa discographie, mais en reste pour le moins une pièce majeure, pour lui et pour ses fans. D’un côté musical, la guitare est plus qu’agréable, le piano nous entraîne sans résistance, et les paroles jouent leur rôle en rentrant dans la tête dès la première écoute. Le disque est à retrouver en réel, sur les plateformes de streaming, et sur Youtube, et aucun avis ne sera meilleur que le vôtre, alors foncez écouter cette pépite.


Tracklist

1. Here Comes The Cowboy

2. Nobody

3. Finally Alone

4. Little Dogs March

5. Preoccupied

6. Choo Choo

7. K

8. Heart To Heart

9. Hey Cowgirl

10. On The Square

11. All Of Our Yesterdays

12. Skyless Moon

13. Baby Bye Bye

Notre sélection : Here Comes The Cowboy, On The Square, Heart to Heart, Baby Bye Bye

NOTE : 18/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *